22 juin 2006

Carrie - William Wyler 1952

"Carrie" est un film de 1952 de William Wyler avec Sir Laurence Olivier et Jennifer Jones, adapté du livre de Théodore Dreiser "Sister Carrie"

L'histoire

Carrie, jeune provinciale issue d'une famille pauvre, quitte sa bourgade natale pour tenter sa chance à Chicago. Dans le train, elle rencontre un commis voyageur. Ce dernier lui procure un appartement et ne tarde pas à devenir son amant. Par la suite, Carrie le quittera pour Hurtswood, quadragénaire aisé et père de famille qui, pour elle, abandonnera son foyer et son travail avant de sombrer dans la misère et la déchéance physique et morale...

Mon avis

Carrie est certainement le film le plus déprimant que j'aie jamais vu. La première partie du film est toute en insouciance et en légèreté, et peut-être qualifiée de simplement sentimentale. Pourtant les choses tournent très vite mal pour les deux personnages. Hurtswood, incapable d'assumer sa déchéance sociale, perd vite ses allures de prince charmant. La métamorphose de Olivier entre la première et la seconde partie du film est impressionante. Même si à la base l'histoire ne paraît pas bien originale, le film gagne à être connu non seulement pour la performance extraordinaire des acteurs (Olivier et Jones), mais aussi pour sa dimension psychologico-sociale. Certaines scènes d'origine, jugées trop dures (les scènes se déroulant dans les asiles de nuit pour sans-abris), ont été censurées lors de la sortie en salle en 1952, apparaissant à nouveau aujourd'hui sur la reédition du film en dvd.

Quelques photos







2 commentaires:

Anonyme a dit…

C'est vrai Carrie (rien à voir avec Stephen King ^^) est un film déprimant, je m'y attendais un peu de la part du réalisateur de Wuthering Heigths, mais là, le mélo devient presque insupportable, le sort s'accharne sur nos deux protagonsites...c'en est presque inimaginable. La fin est quasi révoltante...mon dieu, j'ai regardé ce film deux fois...et je suis tenté de dire : "plus jamais"...A côté de tout ça, on ne peut que saluer la performance de Lawrence Olivier qui joue toujours admirablement bien.

Clelie a dit…

Décidémment, merci encore d'avoir posté un commentaire sur cet article jusqu'ici déserté !

Je suis tout à fait d'accord : nous sommes ici dans un mélodrame quasiment pas crédible ! Ce n'est pas possible que le sort s'acharne de cette façon sur eux... Sir Laurence Olivier est loin du sublime des rôles qui lui était dévolu d'ordinaire (Hamlet, Henry V, Crassus, et j'en passe). Il campe un homme blessé, diminué moralement et socialement (et presque physiquement), qui se trouve au fond du trou et qui ne peut plus (et qui ne veut plus) s'en sortir. Je trouve sa performance dans ce film vraiment époustouflante, car très inhabituelle. Injustement méconnue aussi.

Merci pour le com' et à bientôt !