05 octobre 2010

Le coeur cambriolé, de Gaston Leroux

Image hébergée par servimg.com

The Swann Princess - Mikhaïl Vroubel

Hector et Cordélia sont promis l'un à l'autre depuis l'enfance. A son retour d'un long séjour en Amérique, le jeune homme se réjouit de retrouver sa fiancée, dont les lettres se sont pourtant faites au fil des mois, plus rares et plus distantes. Le père de Cordélia confesse à son gendre que sa fille s'est retrouvée pendant plusieurs mois sous l'influence d'un singulier artiste anglais, qui lui enseignât son art, mais aussi celui de la suggestion et de l'hypnostime dans lequel il semble être un maître inconstesté.
Le jour de leur mariage, alors qu'elle se croyait délivrée de l'influence de cet homme, Cordélia reçoit en présent un portrait d'elle, simplement signé d'un "P". Quelques heures plus tard, la jeune femme se retrouve plongée dans une profonde catalepsie...

***

Tombé dans un malheureux oubli depuis près d'un siècle (écrit en 1920), Le Coeur Cambriolé est assurément l'une des plus belles oeuvres de Gaston Leroux. En 150 pages à peine, l'auteur a réussi a réunir tous les ingrédients romanesques, fantastiques, mystérieux, qui font de son oeuvre entière l'une des plus singulières et des plus passionnantes de son temps.
Le Coeur Cambriolé n'a pas à renier l'influence du Fantôme de l'Opéra, ou de la Poupée Sanglante et de la Machine à Assassiner. Tout y est fondamentalement romantique, échevelé, le tout poussé jusqu'au délire, jusqu'à l'improbable, jusqu'au tragique.
Nous avons d'une part Hector, le personnage brave, les pieds sur terre, peu enclin aux errances de l'âme et aux interrogations existencielles, et qui s'évertue à sauver d'elle-même la jeune Cordélia, personnage d'une sensibilité exacerbé, mais d'une bonté indéniable, qui se passe de tout atermoiement. D'autre part, on retrouve Patrick, le génie de l'art et la suggestion, qui emploiera tous les moyens fantastiquement possibles pour faire revenir Cordélia vers lui. Sur le fond, l'histoire retrace la même trame, le même triangle dramatique que les autres oeuvres de Leroux. On retrouve également une idée commune : celle du personnage féminin, qui se retrouve sous l'emprise d'un personnage auréolé de mystères, qui a pour seuls atouts un amour inconditionnel, et un charisme mélancolique. C'est la cas de Christine Daaé, de Christine Norbert, ou encore de Mathilde Stangerson, pour ne citer qu'elles...
Ensuite, il y a l'homme bon, Hector, à l'image de Raoul de Chagny, de Jacques Cotentin, de Robert Darzac, qui se battent avec des moyens humains contre un ennemi inssaisissable et surhumain.
Malgré que le personnage "noir" de ce roman, Patrick, ne le soit pas réellement, à la différence des Erik, Benedict Masson ou Frederic Larsan, puisqu'il est absoluement dénué de violence et d'actions extrêmes, il partage pourtant avec ses homologues leroussiens, des similitudes non négligeables : il use de dons incroyables et invraissemblables pour arriver à ses fins, et se terre comme eux dans l'ombre. On peut regretter que Leroux n'ait poussé plus loin le portrait de son personnage, qui le méritait assurément. Car il suscite suffisamment d'intérêt chez Cordélia, pour que celle-ci, , ne puisse savoir si elle désire réellement être sauvée de son influence néfaste...
Une fable fantastique, envoûtante, qui ne peut laisser de marbre aucun adepte du genre... (et même les autres !)

A noter qu'une adaptation a été réalisée en 1970 pour la télévision : http://www.tele70.com/article-le-coeur-cambriole-54772845.html

Une autre en 1986 (http://www.imdb.com/title/tt0498901/) a également été tournée, mais aucune d'elles ne sont disponibles en dvd ou vhs...  Le lien du film avec quelques images sur BDFF : http://php88.free.fr/bdff/image_film.php?ID=4144

Aucun commentaire: