26 avril 2013

So, what's on the shelf (2)

Sublimes créatures, de Kami Garcia et Margareth Stohl
(Paru aussi sous le titre 16 lunes)

C'est sans honte que j'avoue avoir lu Sublimes créatures, la nouvelle guimauve épico-fantastique en vogue Outre-Atlantique. Qu'on se le dise :  malgré une couverture sur laquelle on perçoit les regards dégoulinant de questionnements existentiels de nos deux héros, Sublimes créatures n'est tout de même pas si mal.
Tout d'abord, j'étais heureuse de trouver de la fiction jeunesse correctement écrite (et traduite) sans répétitions insupportables, et des personnages qui pour une fois ont autre chose à dire et à faire que se lamenter en se regardant dans le blanc des yeux. (Ne voyez vraiment aucune allusion à Twilight, que j'ai pourtant lu dans son intégralité, si, si. ^_^). Même si on est loin de la perfection de JK Rowling et d'Harry Potter, j'ai aimé ce premier tome, pour sa réflexion plus adulte et pour son souffle fantastique. Et puis... il y a Macon Ravenwood. 
Jeremy Irons, un atout majeur pour le film
mais avec probablement vingt ans de trop
pour le rôle...
A titre de comparaison, j'ai aimé en grande partie Harry Potter, car il y avait le mystère Severus Snape - le héros qui se cache derrière des allures archétypales de salaud. J'ai aimé Sublimes créatures et Macon Ravenwood pour les mêmes raisons. Oncle de l'héroïne, c'est un personnage en marge, que suit perpétuellement un grand chien noir, un reclus érudit ne vivant que la nuit, dont les manières et l'aisance semblent venir d'un autre âge. Un personnage trouble, sur lequel néanmoins notre héroïne torturée se raccroche comme à un roc. En réalité, Macon n'est pas inébranlable. Tout comme Snape, son passé le hante, et il agit autant par abnégation que par rédemption. En d'autres termes, si l'intrigue est inventive, et si le propos est résolument plus adulte sans l'être à l'excès, l'intérêt de Sublimes créatures réside exclusivement à mon sens sur le rôle charnière de ce personnage emblématique, qui sans faire de spoiler, disparaît beaucoup trop tôt dans la saga. Son passé est néanmoins développé dans 17 lunes, qui est d'ores et déjà sur ma liste de livres à commander ^_^ 
PS : impossible de comparer avec le film, que je n'ai pas encore vu...

Le fantôme et Mrs Muir, de R.A. Dick (pseudonyme de Josephine Campbell Leslie)

Ah ! Quel beau roman, quel joli bonbon ! Tout le monde, ou presque, aura déjà entendu parler du film de 1947 The Ghost and Mrs Muir, de Joseph Mankiewicz, avec la délicieuse Gene Tierney, Rex Harrison et George Sanders : c'est l'un des plus beaux films romantiques de l'histoire du cinéma. Le roman, qui a été adapté très fidèlement (à quelques détails près), retrace l'histoire de Lucy Muir, une jeune veuve avec deux enfants, qui décide, après des années passées dans l'ombre d'une belle-famille envahissante, de prendre sa vie en main. Elle déménage dans une maison sur la côte, que l'on dit hantée. Dès les premières heures passées sur les lieux, Mrs Muir est effectivement mise en présence d'un fantôme, un vrai, aussi insupportable que cabotin. Le spectre, demeurant invisible, se présente comme le capitaine Gregg, un ancien marin mais aussi le précédent propriétaire de la maison, qui ne tolérera pas qu'une femme s'installe "à bord". C'est sans compter la détermination de Lucy, qui ne cédera pas si facilement. Le fantôme, tout d'abord réticent, décide alors de la prendre à l'essai pour deux mois... Si la cohabitation n'est pas simple, Lucy finit par s'accoutumer à la présence de ce spectre décidément très entêté, et passablement misogyne.

J'avais adoré le film, et tout autant l'oeuvre dont il est adapté. A vrai dire, il y a fort peu de différences entre les deux. A la lecture, on imagine si aisément Gene Tierney et Rex Harrison dans les deux rôles, qu'il semble que leur casting ait été quasiment prédestiné.
The Ghost & Mrs Muir n'est pas un grand roman : pas de grandes phrases, juste un récit sans prétention, tout simple, lumineux, tout en conservant un regard éclairé sur la vie et les aléas du destin. C'est une histoire touchante, universelle, celle qui vous fait verser à la fin une petite larme légitime, celle que l'on relit volontiers, et qui vous touche inlassablement.


4 commentaires:

Popila a dit…

Eh bien tu vois, tu fais bien d'évoquer "Sublimes créatures", car je n'aurais pas cru que le roman et son adaptation valent tripette... le personnage que tu évoque a l'air intéressant ; et Jeremy Irons, impérial.

"Mrs Muir and the ghost" - je n'ai vu que le film - que dire ? sublime de bout en bout...

Clelie a dit…

Je crois bien que je n'aurais même jamais songé à lire Sublimes créatures si je n'avais été interpellée par les allures sombres de Jeremy Irons (et c'est un euphémisme) sur l'affiche du film. J'ai passé un excellent moment à lire ce bouquin, c'est certain.

Ah oui, Le fantôme et Mrs Muir est un chef d'oeuvre du cinéma, une perle romantique et délicieuse dont on ne se lasse pas !

A bientôt et au plaisir de te lire !

Annwvyn a dit…

Bonjour Clélie !
Je ne sais pas si j'ai su un jour que The Ghost and Mrs Muir était l'adaptation d'un livre... si c'est le cas, j'ai complètement oublié, et vraiment je te remercie d'en avoir parlé ici ! The Ghost and Mrs Muir est sans doute un de mes films préférés...nul doute que je ne vais pas tarder à me procurer le roman !

Quant à Sublimes créatures, tu as suscité mon intérêt. J'ai éprouvé moi aussi une très grande fascination pour Severus Rogue... Et puisque j'aime aussi la littérature jeunesse, lorsqu'elle est bien écrite, pourquoi est ce que je ne me laisserais pas tenter ?

Merci encore, voilà bientôt deux nouveaux romans sur ma PAL !

Clelie a dit…

Bonjour Annwvyn !

Ah, je suis ravie d'avoir suscité ta curiosité pour ces deux romans. Je pense que tu ne seras pas déçue par le roman de R.A. Dick qui a inspiré le film de Mancievicz ! Je te souhaite d'ores et déjà une bonne lecture. Quant à Sublimes créatures, ma foi, j'ai été agréablement surprise, alors que je m'attendais au pire. J'ai par contre entendu beaucoup de critiques négatives sur le film... Je demande à voir (le dvd sort en juillet me semble-t-il).

A bientôt et au plaisir de te lire !