14 août 2006

Sarn, de Mary Webb

L'histoire se déroule dans une contrée reculée de la campagne anglaise, et plus précisément près de l'étang de Sarn, où tout semble l'écho des malédictions et des légendes ancestrales. Sarn est aussi le nom d'une ferme et d'une famille qui paraît elle aussi sobir les tristes influences du lieu. Après avoir 'provoqué' la mort de son père, l'ambitieux et cupide Gédéon Sarn prend la direction de la ferme, asservissant ainsi sa mère et sa soeur, la douce et intelligente Prue, défigurée par un bec-de-lièvre. A force d'avarice et de travail à outrance, Gédéon condamnera chacun à un sort funestre, risquant un bonheur qu'il finira par perdre en même temps que la raison.


Mon avis :


Il est extrêmement difficile de résumer ce magnifique roman de Mary Webb. Le résumé que j'ai tenté de faire parle essentiellement de Gédéon, personnage "moteur" de l'histoire, alors qu'il s'agit d'un récit fait à la première personne, sous la forme d'un journal tenu par Prue Sarn, la soeur de ce dernier. Cette histoire est tout d'abord le récit d'une longue descente aux enfers, celle de Gédéon, personnage extrême et borné, qui condamne et asservit tous ceux qui l'entourent. Prue, grâce à sa force morale et son intelligence, sera la seule à survivre, tandis que tous les autres verront leur existence détruite, sans avoir osé agir. Prue, défigurée par un bec-de-lièvre, alors considéré comme une malédiction, voit son existence condamnée, elle aussi, dans cette asservissement absurde, jusqu'à l'arrivée du tisserand, Kester Woodseaves, qui passera outre les préjugés et les apparences.
Sarn est un roman que l'on n'oublie jamais... Mary Webb décrit la campagne, la nature, les animaux, et les eaux noires de l'étang de Sarn, dans une langue simple et délicate. On sort profondément ému de cette histoire, marqué à la fois par la beauté et la cruauté des sentiments, par la folie de Gédéon, par la douceur de Prue...
A lire, et à relire !







12 commentaires:

Lucia Canovi a dit…

Oui, Sarn est un magnifique roman ! J'ai du le lire une bonne vingtaine de fois...

Clelie a dit…

Bienvenue, Lucia !

Sarn est en effet un roman inoubliable ! On ne s'en lasse pas...

Anonyme a dit…

Bonjour,

Ici Annick, l'inconditionnelle de Jane Eyre et de Toby Stephens.
Je viens de lire "Sarn" que j'avais découvert en "roman-photos" dans le magazine "Femmes d'aujourd'hui" il y a très très longtemps. En fait, j'ai je me suis cultivée grâce aux magazines, pour enfants d'abord: "Line et Lisette" (On ne rit pas ! Là, je vous donne une indication sur mon âge !), magazines féminins ensuite. J'ai trouvé "Sarn" très poétique et trop court. J'aurais aimé que la relation entre Prue et Kester soit plus développée. Je viens d'entamer "La Renarde" de Mary Webb également et que j'avais aussi découvert via le roman-photos, mais là, je peine, c'est toujours très poétique, avec une grande part réservée à la nature, mais le personnage ne me captive pas. Je crois bien que je vais l'abandonner en faveur du "Maître de Forge".

Bonne soirée !

Annick

Clelie a dit…

Je suis d'accord avec toi Annick. Sarn est un roman bien trop court, mais tellement poétique et tellement beau ! Je n'ai jamais lu la Renarde.

J'espère que Le Maître des Forges te plaira ! J'ai deux autres romans de Georges Ohnet en ma possession : Serge Panine et La Grande Marnière. Je ne les ai pas encore commencés, mais j'ai hâte de me lancer !!!

A très bientôt !

Charpentour a dit…

Je viens de récupérer SARN à la poubelle de la bibliothèque où je travaille. Traduit de l'anglais par Jacques de Lacretelle (auteur de "Silbermann") et avec une intriduction du même. Cette édition Bernard Grasset a été imprimée en pleine guerre, à Montrouge (92), le 21.3.1941.

Clelie a dit…

Bonjour Charpentour !

Mettre à Sarn à la poubelle !!! Quelle abomination !!!^_^

Merci pour ces renseignements.

Anonyme a dit…

J'ai lu Sarn à 16 ans, alors que j'étais en 2° littéraire et j'en faisais chaque jour un résumé à mes copines de classe pendant les cours de français qui ne nous passionnaient guère, tandis que ce roman, lui, nous tenait en haleine. Je l'ai, mois aussi, relu plusieurs fois et je pense que je le relirai encore, tout-au-moins, je l'espère (j'ai 50 ans).

Clelie a dit…

Bonjour et merci pour cette jolie anecdote... !
Sarn est en effet un merveilleux roman, et qu'on ne se lasse pas de redécouvrir au fil des ans !

A bientôt,

C.

clairebelgato a dit…

Un livre bien intriguant !

Clelie a dit…

Tu l'as déjà lu ? Sinon, je te le conseille, je suis certaine que tu adorerais... :)

clairebelgato a dit…

Je ne l'ai jamais lu mais la revue française jeunesse "Je Bouquine" avait fait un dossier littéraire sur ce livre ! Je le rajoute à ma wish list pour le coup *_*

Clelie a dit…

Il y a même eu une adaptation française en 1968 avec Pierre Vaneck, si cela t'intéresse. On peut l'acheter sur le site de l'ina.

A bientôt.