10 avril 2007

Les Fiancées de l'Empire

Image Hosted by ImageShack.us

Minisérie en 6 épisodes, réalisée par Jacques Doniol-Croze.

Episode 1 - Les demoiselles d'Angoulême
Episode 2 - Les Hauteurs de Wagram
Episode 3 - Les idées claires
Episode 4 - L'Enlèvement
Episode 5 - Le Passage secret
Episode 6 - La Route d'Espagne

Produit par Antenne 2 (1981)

Avec Yolande Folliot (Clarisse Duruy), Claude Giraud (Maxime d'Aurillac), Madelon Violla (Odile Duruy), Michel Vitold (Charles Duruy), Bruno Devaldère (Maurice), Claude Gensac (Mme de Croissy)

Résumé :

La maison de Charles Duruy à Angoulême est choisie pour loger pendant plusieurs mois, un colonel de l’armée impériale, Maxime d’Aurillac. Celui-ci doit préparer ses troupes afin de rejoindre l’Autriche où l’Empereur est en guerre. Le colonel est un homme charismatique et intelligent, mais aux mœurs plutôt légères, qui séduit rapidement les deux filles de Charles Duruy, la passionnée Clarisse et la douce Odile. Cette dernière demande à sa sœur de parler pour elle au colonel, ignorant tous des sentiments qu’elle éprouve. Maxime d’Aurillac accepte de proposer des fiançailles à Odile, à condition que Clarisse passe la nuit dans ses bras, avant que celui-ci ne parte pour le front à Wagram. Elle accepte, sans se douter des conséquences… Cette situation plongera la famille Duruy dans une suite de mésaventures amoureuses et politiques, sur fond de guerres napoléoniennes.

Image Hosted by ImageShack.us

Mon avis :

Tout d’abord, en deux mots, les principaux personnages :

Charles Duruy : un ancien député de la Convention, dont la femme a été exécutée durant la révolution. Celui-ci s’est réfugié depuis des années à Angoulême afin de s’éloigner de la vie politique et de l’Empereur. Il consacre son temps à l’écriture d’un ouvrage sur la révolution.

Clarisse Duruy : l’aînée de ses filles, âgée de 26 ans. Clarisse est une femme libre, intelligente, passionnée ; même si elle donne plutôt l’image d’une personne froide et distante. Mais elle est entièrement dévouée à son père et à sa jeune sœur, Odile.

Odile Duruy : la cadette des filles de Charles Duruy, âgée de 19 ans. C’est une belle âme romantique, innocente, à qui on tente d’épargner tous les désagréments et toutes les épreuves.

Maxime d’Aurillac : le colonel d’Empire qui loge chez les Duruy avant de partir pour Wagram. Celui-ci, gravement blessé au combat, est réintégré dans l’armée grâce au ministre Fouché, qui lui confie une mission à mener chez les Duruy : convaincre l’ancien député de revenir au Sénat et de soutenir l’Empereur. Grâce à sa franchise, d’Aurillac se fait un ami de Duruy, qui décline la proposition. Cependant, Fouché ne les considère pas quittes pour autant…
L’officier est tombé amoureux de Clarisse, mais c’est Odile qu’elle lui demande d’épouser, ce à quoi il se résout en échange des faveurs de Clarisse. Du colonel d’Empire débauché et détestable, on lui découvre peu à peu un cœur et une âme, et finalement on se prend à l’admirer…

Maurice de Croissy : diplomate et lointain cousin des Duruy. Homme bon et honnête, et malgré leur différence de caractère, l’ami sincère et dévoué de Maxime d’Aurillac. Celui-ci tombe heureusement amoureux d’Odile, qui rendra finalement sa parole à Maxime.

Cette minisérie démontre bien que la France a été capable, à une époque, de réaliser des téléfilms de qualité. Les décors, les costumes, la musique (Aaah, Beethoven…), les dialogues, le jeu des acteurs : tout y est sublime… Cependant, on est loin du cliché de l’histoire romantique. Certes, nous avons un héros plein de charme et d'esprit et une héroïne passionnée et pondérée, mais ceux-ci sont loin de l’innocence que l’on daigne parfois prêter à ce genre de personnages. L’histoire est cependant brillante, recherchée, et on se laisse prendre au jeu sublime de ce chassé-croisé amoureux, aux accents résolument modernes. Les dialogues sont soignés, la reconstitution historique, excellente, les acteurs, magistraux. Je pense ainsi à Yolande Folliot, Claude Giraud, Michel Viltold (magnifique en ancien député de la Convention, plein de nostalgie et de tristesse), ou encore à la trop rare Claude Gensac.

Petit parenthèse concernant Claude Giraud, que l’on connaît entre autre pour son rôle (trop court) de Philippe de Plessis-Béllières dans les films ultra-kitsch d’Angélique, Marquise des Anges de Bernard Borderie. Cependant, pour ceux qui ignoreraient l’existence de ces films quasi sirupeux, Claude Giraud est une voix bien connue de la télévision et du cinéma : il est en autre la voix d’Harrison Ford, de Robert Redford, de Tommy Lee Jones ou encore d’Alan Rickman (dans Harry Potter). Pour ceux qui s’en souviennent, il a été également la voix d’Ulysse dans le dessin animé Ulysse 31 (Ulysse revieeeeeent… lalalala). Parenthèse refermée ^^

Image Hosted by ImageShack.us
Clarisse Duruy (Yolande Folliot)

Image Hosted by ImageShack.us
Le colonel d'Aurillac (Claude Giraud)
Image Hosted by ImageShack.us
Odile (Madelon Violla)

Image Hosted by ImageShack.us
Maurice (Brunon Devaldère)
Image Hosted by ImageShack.us

Image Hosted by ImageShack.us
Charles Duruy (Michel Vitold)

Image Hosted by ImageShack.us

Image Hosted by ImageShack.us

Image Hosted by ImageShack.us

6 commentaires:

Anonyme a dit…

Bonjour Clélie, ici Annick

Décidément, on a certains goûts en commun, car tout récemment j'ai commandé dans le dernier catalogue de Belgique Loisirs la trilogie d'Alexandre Dumas "Le Chevalier de Sainte Hermine", ainsi que le dvd de l'adaptation du tome 2 "Les Compagnons de Jéhu" qui est un des tous premiers feuilletons de la télévision française (en noir et blanc),qui m'avait beaucoup impressionnée ainsi que son héros qui n'était autre que Claude Giraud (aussi sublime que Toby Stephens) et qui pour Dieu sait quelle raison s'est fait trop rare au cinéma comme à la télévision (il a joué aussi dans "Sébastien parmi les hommes" et dans la première version des "Rois Maudits" avec Jean Piat qui est celle que je préfère). J'aime aussi beaucoup Claude Vitold que j'ai vu notamment dans une adaptation du roman de Jean Giono "Le Chant du Monde" avec aussi Catherine Deneuve).
Je viens de terminer "Shirley" de Charlotte Brontë qui ne m'est pas tombé des mains parce qu'il s'agissait d'une version expurgée de ses longueurs et je viens de commencer simultanément le premier tome du "Chevalier de Sainte Hermine" et "La Dynastie des Ferriers" de Taylor Caldwell.
Voilà, maintenant, je vais aller casser la croûte et m'adonner au repassage.

Bon après-midi !

Annick

Clelie a dit…

Bonjour Annick,

C'est vrai que nous avons beaucoup de goûts en commun !
J'ai déjà entendu parlé des Compagnons de Jéhu, dont le dvd est édité dans la même édition que Les Fiancées de l'Empire (chez Koba Films). Claude Giraud s'est fait en effet trop rare au cinéma et à la télévision, car c'est un acteur sublime et très talentueux. Je me souviens bien entendu de lui dans les Rois Maudits, où il interprète Mortimer, l'amant d'Isabelle, épouse d'Edward II d'Angleterre (magnifique Geneviève Casille). J'ai vu ces téléfilms un nombre incalculable de fois, qui sont bien meilleurs que la récente adaptation de Josée Dayan que j'ai trouvée mauvaise, ridicule, bref en un mot : affligeante.

Bravo pour Shirley ! La version expurgée doit être plus agréable en effet.

J'ai terminé il y a quelques jours Le Fantôme de l'Opéra de Gaston Leroux, qui est une relecture. Le style n'est pas celui que je préfère mais j'ai une véritable adoration pour cette histoire (comme tu auras pu le remarquer...). Je rédigerai un post là-dessus quand j'aurai un peu plus de temps... D'autres lectures sont en cours, du visionnage de dvds et d'adaptations également, alors à bientôt dans un prochain post... et bon repassage !

galy a dit…

attention, commentaire constructif en vue!!!

Claude Giraud, Claude Giraud, Claude Giraud!!!

swoon swoon et re-swoon!!

lol...

j'adooooooore ton blog...

biz biz

Clelie a dit…

Coucou Galy !

Merci pour le compliment ^^

Effectivement, quand Claude Giraud est à l'écran, il y a du swoooooooooon dans l'air... (ouh cette voix mazette, cette voix !!!)

Fin du deuxième commentaire constructif...

A très bientôt !

nicole a dit…

Bonsoir,
Je suis tombée par hasard sur votre site en cherchant des renseignements sur une éventuelle prestation de Claude Giraud au théâtre. C'est en effet mon acteur préféré.
Je vous conseille le film "un roi sans divertissement" qui date de 1963 tiré du livre de Jean GIONO, par Jean GIONO lui-même.
J'ai lu dans un article de presse que cela horripilait Claude Giraud quand on lui disait qu'il avait une belle voix.... il vaut mieux avoir cette voix-là que celle du type qui doublait Mickey Rooney, non ?
Dommage qu'on ne le voie pas plus souvent.Outre tous les feuilletons déjà cités, le loup blanc, Mme Bovary et Phèdre sont sortis en DVD.

Clelie a dit…

Boujour Nicole !

Merci pour les renseignements... Je vais me précipiter sur les dvd que tu mentionnes !

Claude Giraud est un acteur exceptionnel (même s'il nie le fait qu'il a une voix sublime...) ^^.

A bientôt,

Clelie