05 janvier 2009

Holmes (1854/+1891?) : L'adieu à Baker Street (tome 1)

L'Adieu à Baker Street


BD de Cecil et Brunschwig, parue aux éditions Futuropolis (novembre 2008)

Résumé


Le 4 mai 1891, Sherlock Holmes disparaît dans les chutes de Reichenbach, entraînant avec lui dans la mort le professeur Moriarty, son plus grand ennemi.
Mais le grand détective est-il réellement mort ? Si oui, pourquoi son frère Mycroft fait vider le 221b Baker Street, brûler tous les dossiers qu'il aurait traité dans les deux dernières années ? Pourquoi le dossier Moriarty, remis à l'inspecteur Patterson du Yard ne contient que des feuilles vierges ? Plus le Dr Watson enquête et plus le mystère s'épaissit...

Mon avis

Le contenu de l'oeuvre est tout à fait original et surprenant. Les auteurs s'attaquent ici au "grand hiatus", la fameuse période durant laquelle Sherlock Holmes est sensé avoir disparu brutalement après un ultime affrontement avec son ennemi mortel. Dans ce récit illustré, nous retrouvons le docteur Watson rentré à Londres, effondré par la disparition de son meilleur ami. Le jour où il apprend les manoeuvres étranges entreprises par Mycroft, un doute effroyable s'insinue dans son esprit. Les propos de Mycroft, accusant son frère de délire paranoïaque provoqué par ses excès de cocaïne, au sujet de l'existence même de Moriarty, finissent par perturber définitivement Watson... Il décide donc d'enquêter, à juste titre, sur ces troublantes révélations.
Je n'en dirai pas plus, afin de préserver un maximum le contenu de ce magnifique premier tome !

Cette BD est en tout point splendide : tout d'abord le dessin, sobre, entièrement réalisé en aquarelle monochrome bleu/gris, qui donne un style très victorien, une ambiance particulièrement sombre qui s'accorde volontiers avec les récits originaux de Conan Doyle.
La structure du récit, très plaisante, particulièrement intelligente, est tout à fait digne du canon.

Sans conteste, les instants les plus marquants sont les flashbacks de l'esprit de Watson, qui sont très beaux et très émouvants. Je pense en particulier à un rêve (ou plutôt un cauchemar) que fait le docteur, où il revoit son ami dans la pénombre de sa chambre, s'entretenant avec lui sur un ton de plaisanterie d'une noirceur toute holmesienne, avec ces propos d'une ironie cinglante, presque méchante, qu'il lui adresse...

A lire et à voir absolument !

A noter qu'un tome 2 est déjà paru intitulé "Les liens du sang", disponible dans la même collection.


Image hébergée par servimg.com

5 commentaires:

Anonyme a dit…

Bonjour,
J'ai lu ces deux tomes et je confirme : c'est une merveille ! Le graphisme colle très bien à l'ambiance SH telle que je me l'imagine toujours. C'est fin et beau.
Je ne sais pas pour quand la suite est prévue mais il faut espérer que ça ira moins long qu'entre ces deux premières volumes.
Bravos pour vos sujets.
Lewerentz

Gabriel a dit…

I want it I want it !!!!!

Dans le même genre Clélie, je ne saurai que trop te conseiller le roman de Bob Garcia, Duel en enfer qui se déroule pendant cette même période et qui n'est pas avare en révélations sur ce cher Holmes, sans tomber dans la carricature. je pense en faire un article prochainement.

Amicalement
Gabriel

Clelie a dit…

Merci pour ces derniers commentaires, Lewerentz et Gabriel !

Ce premier tome est une merveille pure et simple. Je ne m'attendais pas à un scénario aussi bon et aussi respectueux de l'esprit original.
Il est vrai qu'il s'est écoulé près de 2 ans entre la parution du tome 1 et du tome 2... Espérons que les auteurs ne vont pas nous faire languir trop longtemps... Pour ma part, je n'ai pas encore lu Les Liens du Sang, dont je trouve la couverture assez bizarroïde (et c'est peu dire), mais je fais confiance à la qualité du tome 1...

Gabriel, j'ai hâte de lire ton article sur Duel en Enfer... !

A bientôt.

C.

Lorinda a dit…

Ma chère Clelie,

J'ai enfin lu ce premier tome (pour tout dire, je me suis fiée à ton avis et l'ai offert à ma soeur, qui a littéralement adoré et trépigné en voyant la fin...) et elle me l'a passé presque aussitôt. Et bien que je sois très peu BD, celle-ci m'a séduite ! Le dessin est superbe (sans compter que je préfère toujours la dichotomie des couleurs à trop de couleurs) et les passages où Watson se souvient du passé sont bien trouvés, émouvants et tristes à la fois. Quant au scénario, il bouleverse tout (à la manière de l'épisode 3 de Sherlock, saison 2, d'ailleurs ^^) et remet complètement en question le personnage. Ce qui est troublant et très, très perturbant, chose renforcée par la noirceur du dessin. J'ai hâte de voir ce qu'il en sera dans le tome 2...

Mille mercis pour cette superbe découverte. A très bientôt.

Clelie a dit…

Ma chère Lorinda,

Je suis vraiment ravie que tu aies lu et apprécié cette merveilleuse BD de Cecil et Brunschwig !
Comme tu le soulignes, le dessin et le monochromes sont vraiment superbes, conférant une ambiance délicieusement sombre et mélancolique... Les "flashbacks" de Watson, qui se souvient de Holmes sont vraiment déchirants, c'est un point qui m'avait énormément marqué à la lecture.
Je ne peux que te conseiller le tome 2, que j'avais également aimé, mais qui est plus "intérieur", mais tout aussi bouleversant... enfin, je te laisse découvrir.
D'ailleurs, le tome 3 sort (enfin!) au printemps, et avec la jolie surprise de compter 60 pages au lieu des 40 habituelles...

PS : Concernant la saison 2 de Sherlock, je ne suis pas certaine d'en être tout à fait remise... ces scénaristes sont diaboliques... ^_^

A bientôt et encore merci pour ton avis !