20 mai 2009

Coeur d'Encre de Cornelia Funke

Titre original allemand : Titenherz
Image hébergée par servimg.com

Résumé

Meggie, douze ans, vit seule avec son père, Mortimer, relieur pour livres anciens. Une nuit, un personnage à l'allure étrange se présente à leur porte. Son nom est Doigt de Poussière. Celui-ci paraît vouloir prévenir Mo d'un danger imminent, aussi Meggie se retrouve-t-elle dès le lendemain sur les routes en compagnie de son père et du singulier Doigt de Poussière, sans connaître la véritable raison de leur départ précipité.
Ils emménagent pour quelques jours chez la grand-tante de Meggie, Elinor, collectionneur vorace de livres anciens, à qui Mo confie un mystérieux ouvrage, apparemment l'unique responsable de leur fuite : Coeur d'Encre.


Mon avis
Comme cela est le cas sans doute pour beaucoup d'entre vous, j'ai pris connaissance de Coeur d'Encre avec la sortie du film avec Brendan Fraser. Sans avoir vu ce dernier, et sans réellement avoir pris la peine de lire des critiques d'autres lecteurs, je me suis plongée avec délice dans l'univers de ce roman qui vous emporte dans un tourbillon d'aventures merveilleusement fantastiques. Cornelia Funke brosse le portrait de personnages tantôt noirs, tantôt drôles, mais qui dans tous les cas, se révèlent absolument attachants. Meggie et Mo, les deux personnages centraux demeurent bien entendu les héros de ce conte splendide, mais Elinor, cette amoureuse obsessionnelle des livres, obnubilée par son monde de papier et de mots, à l'humour froid et piquant, est une plus belle réussite encore. Le rayon des personnages secondaires est une pure merveille, aussi serait-il très réducteur de n'évoquer que les trois héros. Basta, Nez Aplati, ou encore Capricorne, le personnage au coeur noir, le fameux Coeur d'Encre dont parle ce livre, sont attachants au-delà du possible, littérairement parlant. En un mot, des personnages que l'on adore détester... Mais l'univers de ce conte fantastique n'est pas seulement composé de ces deux catégories de personnages diamétralement opposés, qui risqueraient de réduire le roman à un aspect purement manichéen; Aussi l'auteur nous offre-t-elle un être tout en demi-teinte, Doigt de Poussière, le cracheur de feu aux principes discutables, à l'âme inconstante, qui sue la mélancolie et la culpabilité de tous ses pores et qui porte son existence comme un fardeau. Il est sans doute le personnage le plus inspiré, le plus profond, mais inéluctablement le plus attachant.


Un livre qui se savoure, qui s'apprécie, que l'on voudrait voir se prolonger à l'infini !


A savoir que deux autres tomes de cette saga sont prévus (et déjà sortis en allemand et en anglais) : Sang d'Encre et Mort d'Encre.


Image hébergée par servimg.com
Doigt de Poussière (Paul Bettany) dans le film de 2008

Image hébergée par servimg.com
Mo (Brendan Fraser), Fenoglio (Jim Broadbent), Doigt de Poussière (Paul Bettany)

4 commentaires:

Gabriel a dit…

Je suis terriblement tenté, je n'ai pas vu le film, qui comporte pourtant un casting fort alléchant, et je ne connais absolument pas l'univers de Cornélia Funke, mais il s epeut que le volume trouve d'ici peu sa place dans ma bibliothèque ^^

Clelie a dit…

Hello Gabriel,

J'ai aimé ce livre de se première à sa dernière ligne, une vraie merveille !
Un roman pour jeunes, certes, mais attachant, intelligent, fantastique et peuplé de personnages haut en couleur...

Une lecture que je conseille vraiment à tous !

A bientôt,

Clelie

Lorinda a dit…

J'ai fini ce livre il y a quelques jours, ma lecture en est donc très récente ^^. J'ai été intriguée en tombant par hasard sur ce livre, dans un hypermarché, et je l'ai ensuite emprunté à la biblio. Tu as tout à fait raison dans ta description de cette oeuvre, qui est on ne peut plus juste :)... Au début, je songeais à L'Histoire sans fin de Ende, en me disant qu'il y avait quelques ressemblances. Mais finalement, Coeur d'encre a son univers à part entière, et c'est peut-être mieux ainsi. Même si le livre ne fait pas partie de mes favoris (je l'ai trouvé un peu simpliste, un peu prévisible - perdrais-je une part de mon âme d'enfant en devenant exigeante avec la littérature ?) il m'a fait passer de très bons moments, et je n'ai pas pu m'y arracher avant d'avoir fini. Et que dire de Mo, qui est la gentillesse même, de cette Elinor cynique, et puis surtout de Doigt de poussière, qui est comme toi celui que j'ai préféré ? Il y a une telle nostalgie dans ce personnage, une telle humanité, et donc une telle résonnance en chacun de nous. Une petite merveille donc, même si ce sera surtout Doigt de poussière qui restera dans ma mémoire. Bref, une très bonne lecture, qui nous ramène dans ces rêves où on imaginait l'imaginaire envahissant la réalité, avec ses personnages si uniques et magiques...

A une prochaine lecture, ou un prochain commentaire :)

Lorinda

Clelie a dit…

Lorinda, ton commentaire est on ne peut plus intéressant ! Je vois que nous avons apprécié le même personnage, ce mélancolique doigt de poussière, qui demeure en effet l'élément littéraire le plus inoubliable de cette saga.

J'ai hâte de me procurer Sang d'Encre !^_^

A bientôt,

Clelie