30 juin 2009

La Solution à 7%, de Nicholas Meyer

Image hébergée par servimg.com

Depuis son mariage avec Mary Morstan, le Dr Watson n'a guère l'occasion de voir très souvent son ami, Sherlock Holmes. Un soir, ce dernier s'invite dans son cabinet, et se dit poursuivit par son ennemi héréditaire, le professeur Moriarty. Mais l'agitation de Holmes, ses propos incohérents, font redouter le pire à Watson : le détective s'est drogué au-delà de toute mesure. Son addiction a atteint un stade irréversible, et désormais c'est sa vie qui semble en danger.
Avec le concours de Mycroft, Watson décide d'emmener son ami se faire soigner à Vienne, par un éminent spécialiste - et le seul à ce jour - du traitement de la toxicomanie, le Dr Sigmund Freud.


***


Image hébergée par servimg.com

J'ai pris connaissance de ce livre de Nicholas Meyer, grâce aux conseils de Gabriel, qui avait publié sur son blog une excellent article sur l'adaptation qui en a été faite en 1976.
Ce film splendide, était non seulement servi par une pleiade d'acteurs géniaux (Robert Duvall, Charles Gray, Alan Arkin, Laurence Olivier et le fabuleux Nichol Williamson), mais également bénéficiait d'un scénario très original, efficace et qui mettait en lumière une facette peu connue et pas très honorable de Sherlock Holmes.


Image hébergée par servimg.com

La première moitié du roman est en tout point semblable au film qui en a été tiré. Ensuite, l'intrigue s'en écarte assez fortement, puisque qu'à l'origine le personnage interprété par Vanessa Redgrave n'existe pas sous cette forme dans le roman, et je vais presque dire que c'est tant mieux. Même si l'intrigue a une grande place dans ce récit, elle n'est finalement qu'un prétexte pour présenter Holmes sous un nouveau jour, en l'humanisant d'une façon quasiment brutale au lecteur. L'auteur y présente son héros (et celui de Conan Doyle) particulièrement affaibli, ayant beaucoup perdu de sa superbe. Pour un holmesien, c'est un principe plutôt difficile à accepter, mais Nicholas Meyer y parvient avec brio, car le personnage est toujours traité avec le plus grand des respects.


Image hébergée par servimg.com

C'est un livre hautement intéressant pour les éclaircissements qu'il propose sur les défauts de Holmes, son caractère excessif, à la fois mélancolique, solitaire ou exhubérant. Je ne suis pas foncièrement partisante de cette théorie, mais j'en ai lu les détails avec un plaisir non faint.
Sans compter que le roman alterne toujours avec finesse la tristesse ou l'humour, les scènes de réflexion, d'action, qu'elles soient cocasses ou dramatiques.
Le roman est à mon sens encore meilleur que le film, qui est pourtant une très belle réussite.
Avis à tous les holmesiens ! (et même aux autres... ^_^)

2 commentaires:

Gabriel a dit…

Hello Clélie :)

J'espère pouvoir redécouvrir cette histoire à travers le roman de Nicolas Meyer un jour, inutile de préciser que l'adaptation de La solution à 7% figure parmis mes films cultes ^_^.

je vois que tu lis actuellement La Reine Morte de Montherlant, une de ses meilleures pièces pour moi, sinon la meilleure, la première que j'ai lu et qui m'a terriblement marqué.

Merci pour ton commentaire sur Raspoutine, je ne suis pas toujours très tendre avec cette production Hammer qui passe, il faut le dire un peu à côté de son sujet, mais comme toute production Hammer (hihi) elle vaut le coup d'être découverte et ne manque pas d'être réellement intéressante, ne serait-ce que pour la stupéfiante prestation de Christopher Lee.

A très bientôt :)

Gabriel

Clelie a dit…

Hello Gabriel !

Ah, la Solution à 7% est devenu un adaptation holmesienne culte à mes yeux ! C'est un film à la fois brillant, intelligent, tantot sombre, tantôt léger. Une merveille !
J'ai terminé la Reine Morte, c'est vraiment une pièce splendide. J'avais vu une partie seulement de l'adaptation télévisée avec Michel Aumont, une splendeur ! Je suis toujours sous le charme de la plume de Montherlant ! Mais la pièce est bien trop courte à mon goût, on aimerait la voir se prolonger à l'infini !

A bientôt et au plaisir de te lire ^_^

Clelie.