20 janvier 2012

Le Mystère d'Edwin Drood, de Charles Dickens

Edwin Drood est un jeune homme promis à un bel avenir : fiancé très jeune, par la volonté de son père défunt, à la très jolie Rosa Bud, il doit après son mariage, partir pour l'Egypte reprendre les affaires familiales.
En visite à Cloisterham où réside Rosa, elle aussi orpheline, il prend ses quartiers chez son oncle, John Jasper, maître de chapelle à la cathédrale. 
Edwin ignore que ce dernier, de seulement quelques années son aîné, fréquente les fumeries d'opium de l'East End, et nourrit un amour plus qu'inquiétant pour la jeune Rosa.
D'autre part, l'arrivée de deux jeunes gens, Helena et Neville Landless, à Cloisterham, sème le trouble dans cette  trop paisible communauté. Après avoir rompu secrètement ses fiançailles avec Rosa, Edwin Drood disparaît brutalement...  

***
"Le Mystère d'Edwin Drood", résidait depuis longtemps sur mon étagère, prenant la poussière en attendant paisiblement d'être lu... Seulement voilà, il aurait encore pu y rester de longs mois, si la BBC ne s'était pas emparé de cette oeuvre pour le moins énigmatique de Dickens. Quinzième et dernier roman de l'auteur, resté inachevé à la mort de ce dernier, le Mystère d'Edwin Drood a incité toutes sortes de théories. Le roman en effet, n'était sans doute guère qu'à la moitié de son intrigue à la disparition de l'écrivain, et "le mystère" de la disparition du personnage, ou de son assassinat, comme le dit le postulat le plus courant, est donc resté entier.

Image hébergée par servimg.com
Rosa (Tamzin Merchant) et Edwin Drood (Freddie Fox)

A cheval entre le romanesque et le roman d'intrigue, Le Mystère d'Edwin Drood est en effet une oeuvre singulière, qui demeure néanmoins très sombre sur le contenu. Les personnages y sont passionnants, à la fois attachants ou délicieusement détestables. Edwin Drood tout d'abord est un jeune homme insouciant, qui traite la vie et les choses, même les plus sérieuses, avec une légèreté toute juvénile, au point qu'il en arrive à paraître merveilleusement agaçant la plupart du temps. Il demeure néanmoins un personnage sympathique, dont on ne sait au juste quel sort ou quelle fin l'auteur lui avait réservé. Rosa Bud, quant à elle, est comme son nom l'indique si bien "un joli bouton de rose"... fraîche jeune fille de 17 ans, têtue, enfantine, charmante, et gaie, comment ne pas l'aimer ? Elle est animée d'une franchise et d'une innocence magnifique, et dans chaque ligne, on la sent lumineuse et vivante, même si elle a quelques manières d'enfant trop gâtée...

Image hébergée par servimg.com
Rosa (Tamzin Merchant) fait part de ses doutes à son tuteur, Mr Grewgious (Alun Armstrong, alias Thénardier du TAC des Misérables 1995...)


Cependant, la seule ombre au tableau de ce jeune couple de fiancés, est qu'ils ne s'aiment pas autrement que fraternellement, et qu'ils décident d'un commun accord, très délicat et très admirable, de ne pas s'engager dans un mariage malheureux...  Si le roman s'était borné à cet aspect des choses, le lecteur se serait sans doute singulièrement ennuyé... Cependant, il y a bel et bien un "moteur" à cette histoire, et ce moteur n'est autre que le personnage noir et destructeur du roman, John Jasper. Je vais fièrement plagier Lorinda, en qualifiant clairement ce personnage de "frollien"... Il en a en effet toutes les caractéristiques, bien que le roman de Dickens ne lui ait pas laissé beaucoup de place quant à la description de sa personnalité réelle. Certains spécialistes de Dickens l'ont qualifié de "Jekyll et Hyde", et cela est facilement compréhensible, si l'on veut du moins expliquer la dichotomie entre les deux personnalités que l'on voit émerger au fil du roman...

Image hébergée par servimg.com
John Jasper (Matthew Rhys), le tuteur d'Edwin, émergeant de l'un de ces délires d'opiomane.

 John Jasper a toutes les allures d'un personnage respectable : maître de chapelle à la cathédrale, maître de musique, chef de choeur, il est estimé de ses pairs, et adoré par son neveu Edwin. John Jasper, de son côté, voue un véritable culte à son neveu, dont il est seulement l'aîné de 5 ou 6 ans. Les deux hommes se vouent une admiration et une affection réciproques, dont on ne peut en aucun cas douter. Et pourtant, John Jasper s'adonne à la prise d'opium, suffisamment souvent et de si fortes doses, qu'il lui arrive de ne plus savoir qui il est, ni ce qu'il fait.
D'autre part, l'amour qu'il éprouve pour Rosa, la fiancée d'Edwin, a quelque chose d'inquiétant et de terrible que l'on peine véritablement à expliquer. Cette passion folle et presque mauvaise, n'est décrite que par les yeux de Rosa, dans la première partie du roman. Cette passion, elle la connaît, sans qu'il lui en ait jamais dit le moindre mot :

"Cet homme me terrifie, il hante mes pensées comme un redoutable fantôme. J'ai l'impression de n'être jamais hors de son atteinte, il me semble qu'il serait capable de passer à travers le mur dès qu'on parle de lui."

"Ses regards ont fait de moi une esclave. Il m'a forcée à le comprendre sans qu'il ait prononcé une parole, il m'a forcée à garder le silence sans qu'il ait proféré une menace. Quand je suis au piano, ses yeux sont rivés sur mes mains. Quand je chante, ses yeux sont rivés à mes lèvres. Quand il me reprend, s'il frappe une note ou un accord ou bien s'il joue un passage, il est présent, en personne, dans les sons qu'il produit (...)"

Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com
Rosa (Tamzin Merchant), et John Jasper (Matthew Rhys) l'accompagnant au piano... Scène merveilleusement troublante et révélatrice ... (Cliquer sur les images pour voir en grand format)

Image hébergée par servimg.com
La "déclaration" menaçante de John Jasper à Rosa.

Alors qu'Edwid Drood a "disparu" depuis plus de 6 mois, et que toute sa famille en porte le deuil sans qu'on ait pourtant retrouvé son corps, John Jasper se présente à Rosa, et l'on assiste sans doute à une déclaration d'amour merveilleusement passionnée, mais d'un tel égoïsme, qu'elle m'a forcément rappelée celle de Claude Frollo à la prison (sans être pour autant si longue)... - sans doute aussi parce que je l'ai relue il y a peu - mais aussi certainement parce que la tension dramatique est à son comble. La crainte déraisonnée que Rosa éprouvait déjà pour John Jasper, se métamorphose à cet instant en véritable terreur. Amoureux éconduit, Jasper se révèle sous son véritable jour : la violence de ses sentiments s'extériorise, alors qu'elle était depuis trop longtemps bridée. A bout d'arguments, mais certainement pas à bout de ressources, le maître de chapelle utilise le chantage, la menace.

La jeune femme le repousse avec une telle horreur, que la scène qui se serait voulue romantique vire au drame. Celle-ci qui se conclut par cette inoubliable phrase de Jasper (que l'acteur de la version récente de la BBC, Matthew Rhys, a magnifiquement rendue, en murmurant dans un sourire carnassier, et avec un regard pour le moins inquiétant) :

"Je vous aime, je vous aime, je vous aime ! Si vous me repoussiez maintenant - ce que vous ne ferez pas - jamais vous ne seriez délivrée de moi. Nul ne pourrait s'interposer entre nous. Je vous poursuivrais jusqu'à la mort."

Comment, décidément ne pas penser à un personnage frollien, délicieusement ambigu, à la personnalité trouble, l'un des ces personnages à l'apparente droiture morale, voire à une certaine rigidité, et capable dans la même minute des pires bassesses. Au même titre que son homologue hugolien, si je puis me permettre de le nommer ainsi, aucune abnégation, juste cette souffrance égoïste, cette douleur déchirante et pourtant inquiétante, qui entraînera à sa suite tous ceux qu'il touche.

Bref, on l'aura compris, j'ai été charmée par ce roman, captivée par les personnages de Rosa, Edwin et Jasper, qui sont tous trois d'une grande richesse...

Mais comment oublier la galerie de personnages plus ou moins secondaires, à la fois tragiques, drôles ou touchants, parmi lesquels on retiendra particulièrement Helena et Neville Landless , ou encore le révérend Crisparkle, le personnage sans doute le plus estimable de cette fresque inachevée...

Image hébergée par servimg.com
Mrs Crisparkle (Julia McKenzie) et le révérend Septimus Crisparkle (talentueux Rory Kinnear)


Image hébergée par servimg.com
Helena (Amber Rose Revah) et Neville Landless (Sacha Dhawan)

L'adaptation de la BBC a d'ailleurs si bien rendu hommage au roman, que l'on ne peut que saluer tout le travail réalisé par Gwyneth Hughes sur le scénario, en le complétant avec beaucoup de respect. La fin - sans que je n'en révèle le moindre mot, est absolument à la hauteur de ce que l'on pouvait espérer, sans oublier le sort réservé au maître de chapelle, qui ne pouvait décidément échapper à ses démons, ni à l'inéluctable tragédie.

Image hébergée par servimg.com
John Jasper (impressionnant Matthew Rhys)

Merci à http://rawr-caps.livejournal.com/ pour les photos du téléfilm ;-)

9 commentaires:

Sarah a dit…

Je ne connaissais pas du tout! Merci pour ton article =)
ça a l'air très bien
tu sais où je pourrais le voir en VOST?

Bonne continuation!

Clelie a dit…

Bonjour Sarah,

Cette adaptation est effectivement superbe... !

On peut encore le voir en ligne (VO mais sans ST) sur http://eztvstream.ms (les séries sont classées par ordre alphabétique dans l'index). Sinon, il est en téléchargement payant sur iTunes : http://itunes.apple.com/gb/tv-season/the-mystery-of-edwin-drood/id493972964

J'ai interrogé la BBC pour la production en DVD, mais malheureusement, aucune sortie n'est prévue pour l'instant... Il y a fort peu de chance pour que la série sorte effectivement un jour sous ce format...

A bientôt !

Lorinda a dit…

Ah, ma chère Clelie ! Le fameux Mystère d'Edwin Drood...la lecture de ce roman m'avait été recommandée par une des membres du Frollo Forum, qui m'avait en même temps parlé, me semble-t-il, de cette adaptation qui devait être en cours à l'époque. Je m'en rappelle car elle craignait que Dickens ne s'en retourne dans sa tombe ^^ Mais la réalisateur, d'après tes dires, s'en est fabuleusement bien sorti, triomphant de cette fin inachevée...

Encore une fois, tu me donnes bien envie de voir cette adaptation. Je suis surtout curieuse de voir quelle fin a été donnée à cette histoire. Je ne me souviens guère que du trio principal, désormais, mais ils m'avaient tous trois charmée aussi : John Jasper pour son côté frollien, si menaçant, et étrange, de fumeurd d'opium ; Rosa pour son innocence (la scène du piano que tu évoques m'avait marquée) et bien sûr Edwin, dont le mystère reste si complet...Décidément, j'ai bien envie de découvrir ce téléfilm, j'essayerai...Mais cela me plaît surtout de voir qu'on lui a trouvé une fin convenable, ce qui n'était pas forcément gagné d'avance.

Merci pour ce superbe article, et à bientôt !

Clelie a dit…

Hello ma chère Lorinda,

La fin est belle, sans être trop conventionelle. Et puis, je t'avoue qu'au-delà de l'histoire d'Edwin Drood et de la disparition en elle-même du personnage, c'est le personnage de Jasper qui m'a le plus intrigué. A la fois affable, et admirable, il est tout autant terrifiant et instable... Et tout cela dans la même minute. Je crois que je n'aurais lu que le roman, malheureusement inachevé, je n'aurais pas éprouvé un tel intérêt pour John Jasper... La version de la BBC lui a donné une envergure et une dimension très inquiétante. Les réactions de Rosa, dans ce téléfilm, tout comme dans le roman, sont délicieuses... Tamzin Merchant est vraiment adorable. Et Matthew Rhys, acteur que je connaissais très peu, a su trouver un juste milieu, entre la part de ténèbres et de lumière du personnage...

A bientôt !

Clelie a dit…

Une petite nuance à l'attention des lecteurs/bloggers :

The Mystery of Edwin Drood est bien en téléchargement payant sur iTunes, mais il s'agit d'une application valable pour iPhone (et donc en format iPhone).

D'autre part, suite à la fermture de Megaupload, le site eztvstream, ainsi que tous ses sites satellites, a fermé ses portes.

Pour les personnes pouvant capter la chaîne PBS Masterpiece par satelitte, cette miniserie devrait être diffusée dans les prochaines semaines (à surveiller).

Lorinda a dit…

Ma chère Clelie,

Ca y est, j'ai enfin vu cette petite merveille, je regrette juste de ne pas avoir vu le documentaire dont tu avais posté le lien, qui a été malheureusement supprimé de Youtube...Mais ah, cette adaptation, quelle merveille !

En la voyant, je me suis rendue compte d'à quel point je n'avais, en fait, pas tellement aimé le roman de Dickens...je ne me souvenais pas qu'Edwin était un peu une tête à claques, ni du mariage qui devient la relation frère et soeur, ou même à peine d'Helena, même si Neville m'avait marquée par sa violence intérieure...Bref, cela a été une belle et heureuse redécouverte grâce à toi...
Les deux heures de film passent superbement, avec une atmosphère très bien esquissée et envoûtante, servie par de très bons acteurs, quels qu'ils soient...et j'ai été surprise que la série s'ouvre ainsi sur Jasper, qui était plutôt en arrière-plan dans le roman, si ma mémoire est bonne. Et comme toi, il m'a fascinée plus que dans l'oeuvre de Dickens. Matthew Rhys a vraiment su donner une impression inoubliable de son personnage, entre ombre et lumière, amour et obsession, névroses et désespoir...c'est une merveille de le voir évoluer tout du long ! Et je garde un sacré frisson du regard et du sourire qu'il ose lancer à Rosa lorsqu'il finit par lui déclarer son amour...quelque part, il est plus sinistre et inquiétant que Frollo, je trouve, peut-être parce qu'il n'est absolument pas lâche, et pas autant hypocrite, puisqu'il restait fidèle à Edwin avant sa disparition. Mais quelle merveille !!
Quant à la fin imaginée, je dois avouer qu'elle m'a beaucoup plus, avec plusieurs révélations tout à fait possibles, et une fin définitivement bien frollienne...en cela aussi, Jasper finit de manière beaucoup plus digne que Frollo.

Merci, merci pour cette découverte !!

Amicalement.

Clelie a dit…

Je suis réellement ravie de t'avoie fait découvrir ou plutôt redécouvrir cette perle de Dickens, via cette toute récente adaptation de la BBC !

Concernant le roman, tu as tout à fait raison lorsque tu soulignes que le personnage de Jasper demeure en retrait. A vrai dire, il est bel et bien présent tout au long du récit, mais il est véritablement difficile, en tant que lecteur, de le cerner. Dickens n'a pas voulu, ou pas eu le temps peut-être, d'apporter la lumière sur le sujet. Après avoir lu le roman, il apparaît que l'on en sait finalement très peu sur les sentiments contradictoires qui peuvent agiter son âme. On peut se douter, à de nombreuses reprises, qu'il a des intentions assez étranges (et là, on peut songer à la scène où l'on se doute qu'il a drogué le tailleur de pierre, Durdles, pour accéder aux caveaux, sans que le lecteur ne comprenne ce qu'il l'a poussé à le faire), en totale opposition avec son attitude et son apparence si respectables, que tous les habitants de Cloisterham peuvent voir. Mais il est vrai que l'on ignore presque tout de ses débats intérieurs, de ses démons, même si on peut s'en douter.

Comme tu le dis, Matthew Rhys a fait un très beau travail sur le personnage, le tout servi par un scénario très à la hauteur, et qui a su exploiter un personnage finalement très gothique, qui montre tour à tour deux visages
distincts. Je vois que tu as apprécié l'horrible sourire qui se dessine sur son visage, lorsqu'il "menace" Rosa de son amour...

Quant à sa fin, je songe au documentaire sur Alain Cuny, où il parlait si magnifiquement des personnages tragiques, qui sont appelés inéluctablement à un destin funeste, à une fin terrible.
Je te rejoins aussi lorsque tu soulignes que Jasper s'en est sorti plus honorablement que Frollo. Contrairement à ce dernier, il apparaît que Jasper a retrouvé une certaine lucidité, avant de se donner la mort. L'acteur est d'ailleurs très impressionnant dans cette scène qui parvient à donner des frissons !

A très bientôt et frollophilement !

Alice B a dit…

Bonjour,
Je suis tombée sur votre article par pur hasard hier et.. J'ai été tentée, charmée par votre article et me suis donc mise à la recherche des vidéos. J'ai regarder les deux parties d'une traite, captivée et.. Voilà, merci de m'avoir donné envie de regarder ce drama. Le personnage de Jasper est très interressant et j'avoue m'y être beaucoup attaché. La fin.. m'a surprise ..
Merci encore pour cette découverte et veuillez excuser mes éventuelles fautes de français, je suis anglaise et fais de mon mieux.

Clelie a dit…

Bonjour Alice B., et merci beaucoup pour votre commentaire !

Tout d'abord, laissez-moi vous dire que vous ne devez certainement pas vous excusez, car vous parlez magnifiquement le français !

Je suis ravie que vous ayez pu découvrir ce nouveau period drama de la BBC, et en même temps le personnage de Jasper, qui est sans doute responsable de la réussite de l'adaptation !

A bientôt et au plaisir du vous lire !