09 septembre 2012

"I loved you madly" - The Mystery of Edwin Drood - scène du jardin

Uniquement pour le plaisir des yeux, une fois n'est pas coutume, j'ai trouvé sympathique de placer quelques photos des 4 adaptations connues, du roman inachevé de Dickens, de cette unique et splendide scène que j'intitulerai simplement "scène du jardin", où John Jasper s'ose à une demande en mariage assez désastreuse... Et désolée d'avance pour la qualité de certaines images, qui sont pour la plupart des captures de vidéos de piètre qualité, puisque ces versions n'ont pas été remasterisées, et ne le seront sans doute jamais...


Adaptation américaine de 1935, édulcorée et très comme il faut - avec l'incontournable Claude Rains et Heather Angel, dans une scène malheureusement expédiée...



Adaptation fleuve russe de 1980 (6 heures en tout !) avec Valentin Graft et Yelena Koreneva, dans cette scène de demande en mariage, qui dure près de 11 minutes !
Malgré que je n'aie pas encore trouvé le temps et le courage de la visionner en intégralité (et en version originale non sous-titrée s'il vous plaît !), elle est probablement très fidèle au livre, mais la surdramatisation des acteurs  est tellement visible que c'en est presque risible, sans parler des effets de caméra très hasardeux, qui sont tout à fait passés de mode. (On notera sur la photo de droite, le splendide palais russe tout droit sorti du temps des tsars, qui fait office de demeure victorienne... ^_^)


Adaptation de 1993 avec Robert Powell et Finty Williams (qui est à la ville la fille de Dame Judi Dench, ça c'était pour le rayon potins...) 
De cette adaptation anglaise, il ne subsiste que quelques extraits sur youtube. L'ambiance plutôt lugubre, et l'excellence du jeu de Robert Powell augurent une adaptation qui paraît jouer davantage sur l'atmosphère que sur la fidélité à l'oeuvre. Il est hélas très difficile d'en dire davantage, le téléfilm étant introuvable pour l'instant... 


Adaptation de 2012 - Matthew Rhys et Tamzin Merchant
Ah ! Comment ne pas en parler ? N'est-elle pas en tout point, et cette scène justement, parfaite ? Elle n'est certes pas longue, mais elle est si juste, si bien mise en place, si magnifiquement filmée, et servie par un jeu d'acteur excellent, que l'on ne peut que saluer, admirer... (Et comment égaler le sourire carnassier de Matthew Rhys qui clôture cette scène : I will pursue you to the death !) 


"I loved you madly; in the distasteful work of the day, in the wakeful misery of the night, girded by sordid realities, or wandering through Paradises and Hells of visions into which I rushed, carrying your image in my arms, I loved you madly."

4 commentaires:

Lorinda a dit…

Je pense qu'on voit tout de suite l'adaptation qui remporte la palme dans ton coeur ^^ Mais il est aussi très intéressant, je dois dire, de voir les autres. C'est toujours passionnant de voir comment une même oeuvre a été traitée au cours du temps et au gré des pays ! Si la première version a sans aucun doute subi la légendaire censure, la version russe intrigue beaucoup (surtout avec son palais de tsar !)...6h...j'avoue que si jamais tu parviens à la regarder entier, je saluerai ton courage, pour la longueur, l'incompréhension et la surdramatisation, vieux effets de caméra à supporter. Même si après tout, cela doit promettre bien de la fidélité et du temps utilisé sagement dans la mise en scène...Bon, je ne sais trop quoi dire pour la 3e version, et la 4e, tu me donnes encore envie de la revoir, décidément...^^

Clelie a dit…

Oui, 6h, il y a de quoi avoir peur, surtout que c'est en VO non sous-titrée... la joie, quoi ...^_^

La version avec Robert Powell m'intrigue beaucoup, d'une part parce qu'elle m'a l'air assez bien filmée, et que dans la catégorie personnage flippant, Robert Powell a assez bien servi le personnage... Je crois que je vais tenter de commander la VHS, un de ces jours (et ressortir mon vieux magnétoscope pour l'occasion).

Et puis, la version BBC est tout simplement sublime de la première à la dernière image... et puis Matthew Rhys a vraiment la palme, lorsqu'il oscille entre déclaration d'amour et envie de meurtre... un frollien, un vrai ! ^_^

Anonyme a dit…

Très bon blog! Félicitations! Je l'ai trouvé par hasard en cherchant des images de Robert Powell. Heureuse de savoir que je ne suis pas la seule à apprécier son jeu. J'ai la VHS avec cette version d'Edwin Drood. Je tenterai de la mettre en integralité sur youtube.

Clelie a dit…

Bonjour et merci beaucoup pour votre commentaire !

Si vous pouviez mettre en ligne cette version du Mystère, ce serait vraiment merveilleux ! Quand vous en avez l'occasion, prévenez-moi en me laissant un petit message sur ce post ou un mail...

A bientôt !