13 décembre 2012

The Paradise (BBC 2012), d'après Emile Zola


Denise Lovett, modeste jeune fille fraîchement arrivée de province, se présente chez son oncle Edmund, tailleur en ville, espérant trouver du travail. Mais la boutique se porte mal, et l'oncle Edmund n'a aucune situation à offrir à sa nièce. Tous les petits commerces de la rue se meurent, privés de leur clientèle, qui se presse à présent sur le seuil du "Paradise". Grand magasin aux offres inédites, aux tentations nombreuses, aux devantures attractives, le Paradise et son ambitieux patron, John Moray, offrent à Denise un emploi de vendeuse... L'esprit d'initiative de Denise, son sens naturel du commerce et de l'innovation, la distinguent aux yeux de Moray, qui ne tarde pas à la considérer avec une attention toute particulière, et une affection réciproque...

***

Voilà probablement près de 5 ans que l'on parle de cette adaptation du roman d'Emile Zola 'Au bonheur des dames' (traduit en anglais The Ladies' Paradise). C'est à présent chose faite, et sous un format plutôt confortable (8 épisodes d'1h) ! Cela dit, j'éprouvais des craintes légitimes après avoir visualisé plusieurs extraits avant leur diffusion, et qui n'auguraient à vrai dire, rien de bon. Au bonheur des dames est probablement mon roman préféré de Zola, sans doute parce qu'il n'est pas aussi noir que ses autres oeuvres, et sans doute aussi parce qu'il bénéficie d'une fin plutôt heureuse - ce qui relève de l'exception ou du miracle chez Zola ! Cela dit, Au bonheur des dames a son lot de désespoir, de tristesse et de malheur pendant plusieurs centaines de pages... Et les personnages originaux ne sont certes pas aussi sympathiques ni aussi dickensiens que ceux du Paradise... Je m'explique : chez Zola, Denise est assurément le seul personnage d'une pureté et d'une résolution à toute épreuve ; Octave Mouret (dont le nom s'est habilement anglicisé ^_^ ) est à peu de choses près aussi canaille que dans l'adaptation : séducteur, charismatique, se servant des femmes et de leur argent pour développer ses idées et ses projets. Les sentiments qu'il éprouve pour les femmes qu'il fréquente ne sont rien que d'habiles façades, pour passer le temps, ou servir ses intérêts. Mais il n'est certes pas aussi "chevalier blanc" qu'il ne l'est pour la BBC : s'il est un patron assez magnanime, Octave Mouret a des caprices, et des périodes d'humeur noire, qui conduisent inévitablement à des vagues de licenciement en masse. Rien d'incroyable chez Zola, mais qui ne rentrait peut-être pas dans le cadre du héros plein de bon sentiment présenté par l'adaptation. Mais ce n'est finalement pas le plus grand reproche que l'on peut faire à cette version, qui diverge tellement de l'original, que l'on peine vraiment à y reconnaître la patte du maître... En entamant le visionnage, il faut donc laisser Zola loin derrière, et profiter de la série pour ce qu'elle est : un excellent divertissement, sans excès de désespoir, comme un charmant bonbon, à la fois mélancolique ou sirupeux à souhait.

Comme la BBC en a l'habitude, on retrouve une pléiade d'acteurs excellents, mais pour la plupart très peu connus, Joanna Vanderham et Emun Eliott en tête, pour servir cette agréable fresque de 8h... Si on suit avec un intérêt non dissimulé les aléas amoureux de Moray avec la riche héritière Katherine Glendenning, ses ambitions démesurées, et ses sentiments naissants pour Denise, on regrette vraiment, véritablement, que le reste de l'histoire n'ait pas été développé davantage. On ne peut s'empêcher de regretter un peu la richesse du matériau de base, mais on n'arrivera décidément à pas bouder ce charmant téléfilm, romantique et lumineux.

Joanna Vanderham (Denise Lovett)

Emun Eliott (John Moray)

Un grand soin est apporté tout autant aux seconds rôles : Sarah Lancashire, dans le rôle d'une Miss Audrey d'une irréprochable distinction,  Elaine Cassidy, en héritière délicieusement peste, ou encore l'impressionnant  David Hayman,  à la voix d'outre-tombe et aux allures de cerbère... 

Sarah Lancashire (Miss Audrey)
David Hayman (Mr Jonas)
Elaine Cassidy (Katherine Gledenning)
Le dernier épisode de cette mini-série laissant le champ libre à la création d'une suite éventuelle, la BBC a récemment annoncé qu'une saison 2 serait effectivement en préparation pour la fin 2013...




Merci à http://period.grande-caps.net/ pour les photos grand format !

5 commentaires:

clairebelgato a dit…

voilà qui m'a l'air très intéressant ! et la bande annonce est superbe! Elle m'a curieusement fait penser à celle de la série Orgeuil et préjugés ! merci pour cette jolie trouvaille!
bon week end
clairebelgato

Annwvyn a dit…

Bonsoir Clélie !

J'attendais ton article, curieuse de savoir ce que tu avais pensé de cette mini-série.

Et rien à ajouter, nous avons exactement le même avis ! Je regrette évidemment la pauvreté des intrigues de chaque épisode, ou leur naïveté, alors qu'il y avait tant de pistes passionnantes dans le roman. Je regrette également le développement des personnages (à plusieurs reprises, il m'a semblé qu'on tournait vraiment en rond), ou tout simplement la façon dont ils sont écrits (rendre Moray/Mouret désespéré par la mort de sa femme, c'était lui retirer son côté de séducteur sans scrupules, et donc une part de lui qui rendait la fin du roman immensément séduisante !).

Pourtant (et après avoir fait une complète abstraction du roman... ce qui finalement n'était pas si difficile), j'ai passé un très bon moment devant The Paradise. J'ai trouvé les acteurs excellents, et comme toi, je trouve que cette série pourrait être un bonbon ! Le genre de série agréable à regarder lorsqu'on ne va pas bien ! Comme tu l'as dit, elle est lumineuse !

Néanmoins, j'attends toujours une belle et fidèle adaptation du roman. Si ça continue, je vais moi-même écrire le scénario !

Merci pour ton article, en tout cas. :)

Clelie a dit…

@clairebelgato :

Bonjour ! Merci pour cette référence au générique d'Orgueil et Préjugés, c'est vrai qu'il y a tout à fait un air de ressemblance ! J'espère que cette série te plaira autant qu'à moi !

@Annwvyn :
Quel plaisir de te lire, ma chère Annwvyn ! Après avoir regardé The Paradise, j'ai pensé à toi, et me suis précipitée sur le dvd de Pot-Bouille, histoire d'un petit retour aux sources (encore merci, d'ailleurs!).
Je vois que nous sommes assez d'accord sur cette série, tout à fait charmante, et parfaite contre le blues hivernal !

Comme tu le soulignes, on peut encore attendre une adaptation, une vraie, du roman original. En tout cas, j'en rêve aussi !

A bientôt !

Céline a dit…

Comme toi, j'aime bien cette série, admirablement portée par ses comédiens, ses décors et son ambiance... Mais on s'éloigne beaucoup trop du roman de Zola, de sa fougue et de sa passion. Ce qui fait qu'au final, je suis un peu déçue :(

Clelie a dit…

Bonjour Cécile, et merci pour ton commentaire !

Effectivement, on est très loin du roman (trop peut-être)... Il est tout à fait légitime d'être déçue, et à vrai je craignais de l'être moi aussi. J'attendais peu de cette mini-série en terme de fidélité à l'oeuvre, aussi ai-je pu l'apprécier comme un bon divertissement, et comme un excellent anti-blues !

On peut s'interroger d'ores et déjà sur le contenu de la saison 2... !

A bientôt.