11 octobre 2006

Jane Eyre - Version 2006 - Episode 3

Image Hosted by ImageShack.us



Comment décrire mon enthousiasme suite à la diffusion de l'épisode 3 ? En faisant l'éloge des deux interprètes, à la sensibilité, à l'intensité dramatique de leur jeu ? En précisant qu'ils arrivent à apporter, grâce à une mise-en-scène pleine de nouveauté, de la fraîcheur à l'histoire déjà maintes fois adaptée de Jane Eyre ? Non, ce ne serait pas encore assez. Ruth Wilson est magnifique, très douce, profondément honnête, mais déterminée. Toby Stephens incarne un Rochester cynique, mais sachant rester plus humain et moins manipulateur.
Bien entendu, le scénario de Sandy Welsh boulverse certaines scènes originales, mais pour y apporter une plus grand intensité. Certains dialogues du roman sont retranscrits ici, quoique modifiés, mais on les retrouve avec un véritable plaisir. Cette adaptation a l'avantage de passer du temps sur la période précédant le mariage de Jane et Rochester. La façon de la traiter est toute en légèreté et en douceur, et on ressent combien cette époque de leur vie est un véritable rayon de soleil que l'on craint de voir troubler par l'ombre d'un funeste passé.
Cet épisode, sorte de charnière de l'histoire, que les plus grands Jane Eyre-addicts (dont je fais partie) attendaient avec une impatience certaine, a répondu d'une façon très agréable aux espoirs placés dans cette nouvelle adaptation. Quelques défauts cependant : la façon d'expliquer la démence de Bertha Mason par flash-backs m'a paru un peu déplacée, n'apportant rien à la scène, ni à l'histoire en elle-même. Mais laissons ce détail que l'on oublie relativement vite, lorsqu'arrive la prise de conscience de Jane, son apparente froide déception et ensuite la nécéssité de fuir définitivement et absolument cet homme qu'elle continue à aimer malgré tout.
Rendz-vous donc dimanche prochain à 22.00 pour le 4e et dernier épisode de la série. Branchez les magnétoscopes et sortez les kleenex !

Aucun commentaire: