06 mars 2009

Holmes (1854/+1891?) : Les liens du sang

Image hébergée par servimg.com


Résumé

Le docteur Watson, accompagné du jeune Wiggins, poursuit son enquête sur la disparition mystérieuse de son ami, Sherlock Holmes. Il se rend donc dans le domaine familial, afin de parler à ses parents, Siger et Violet Holmes. Il y découvre le père, devenu dément, mais traversé d'étranges éclairs de lucidité, et la mère, personne froide et secrète, qui tente visiblement d'appuyer la thèse de la folie de son fils et des délires paranoïaques qui l'auraient conduit inévitablement à la mort...

Mon avis

Encore des dessins splendides, rehaussés d'aquarelle monochrome, qui imposent d'emblée une ambiance trouble mais délicieusement victorienne... On peut être dérouté par la couverture, très étrange (pas celle que j'ai postée dans cet article, qui est celle du broché coffret Futuropolis), mais ne vous y fiez pas car la beauté du dessin est égale à celle du tome 1...

Dans ce tome, les auteurs développent exclusivement les parents de Sherlock Holmes, où l'on découvre un père autrefois intraitable et plutôt fantasque, ayant perdu l'esprit, et une mère monument de froideur, et que l'on sent pratiquement à la limite de la schizophrénie... Le ton de mystère qui entoure ce tome est assez troublant. Si certains indices plutôt flous sont lâchés en cours de récit, le lecteur navigue dans l'obscurité, et ne sait pas trop où il va... Les éléments sont contradictoires, approximatifs, et il en résulte une enquête totalement au point mort, avec une impression d'incertude complète sur le contenu du tome 3.

Cet ouvrage est réussi, certes, mais manque cruellement de "cliffhanger"...
Et le lecteur assidu ne peut que déplorer l'absence quasi totale d'apparitions de Holmes (comme c'est le cas dans le tome 1, en flashbacks dans l'esprit de Watson... Scènes d'ailleurs du plus bel effet, dans des tons clairs/obscurs devant lesquels on pourrait rester en admiration durant des heures)... Une belle oeuvre, mais qui malheureusement, laisse une impression d'approximation plutôt frustrante...



Image hébergée par servimg.com

4 commentaires:

La liseuse a dit…

Il faut absolument que je me procure ces deux albums. Je n'ai entendu que des éloges dessus. et le graphisme est vraiment superbe. et puis ça me permettra de me plonger dans la vie de Holmes que je connais peu finalement.

Clelie a dit…

Bonjour la Liseuse et bienvenue sur ce blog !

Disons que l'album parle la vie de Holmes, ou du moins des aspects de sa personnalité dont Conan Doyle n'a jamais parlé. Ces deux ouvrages brodent superbement bien autour du personnage central, prenant des libertés très raisonnables et acceptables !

Une grande réussite en somme, même si j'ai une large préférence pour le tome 1!

A très bientôt, j'espère.

Clelie

Anonyme a dit…

Merci encore de nous faire découvrir de telles pépites. Ces deux tomes sont une merveille : le dessin, la couleur , l'histoire, le format ... tout y est plaisant. Quelle joie de se replonger dans le monde Holmesien ! Il me tarde la suite !
Amitiés.
Paeonia

Clelie a dit…

Ah oui, Holmes (1854/+1891) est une BD absolument magnifique ! Même si je lui reproche aujourd'hui d'avoir exploiter le même concept que La Solution à 7% de Nicholas Meyer, qui est un roman superbe.

Espérons que Cecil et Brunschwig ne nous feront pas trop attendre pour le tome 3 !

Amicalement,

Clelie