22 juin 2012

Claude Frollo : les identités tragiques d'un personnage méprisé (6/6)

Première partie / Deuxième partie / Troisième partie / Quatrième partie / Cinquième partie


1999 : Richard Berry : irrévérence et rock'n roll


Soyons honnêtes : que celui qui n'a jamais ri devant cette adaptation délirante me jette la première pierre... Alors oui, on pourra bien accorder qu'elle soit iconoclaste, un tantinet vulgaire, et que le scénario soit un délire continuel... Mais bon, comment se voiler la face, et ne pas éprouver un plaisir coupable devant l'impertinence des dialogues, et  l'irrévérence avec laquelle est traitée les personnages originaux ? On se marre donc, et de très bon coeur. Et à plus forte raison lorsque l'on voit Frollo, campé par un Richard Berry qui prend son rôle très au sérieux, dans la peau d'un prêtre plutôt rock'n roll, qui a pris pas mal de libertés avec la religion, et qui se voit doter de répliques jubilatoires de ce genre :

(s'adressant au gouverneur) "Toi et ta truie, j'vais vous claquer !"

ou encore :


 (au sujet de Quasimodo) "Mi-homme, mi-robot, il est l'arme absolue. Il peut survivre dans la jungle pendant 3 mois en mangeant ses propres excréments."


(à Quasimodo) "T'as changé, Quasimodo. T'es plus le même. Tu te rends compte ? Tu rentres, tu sors, c'est pas un hôtel, ici ! De toute façon, t'as raison, tu sais qu'il y aura toujours Frollo, la boniche ! Tu réalises ? J'suis le dernier à employer un bedeau, tous les autres ils sont passés à l'électrique !"


J'en passe et des meilleures...




Richard Berry/Frollo ou comment assumer pleinement son sacerdoce sans prises de têtes


Quand on éprouve quelque intérêt pour le personnage original, grave et torturé par ses états d'âme, on apprécie...

Du reste, le personnage de Phoebus, interprété par Vincent Elbaz n'est pas mal non plus, dans une géniale caricature d'un capitaine de police au QI désastreux. Seul bémol, une Esméralda relativement agaçante, et un Quasimodo un peu niais...

Richard Berry et Mélanie Thierry en adolescente tête à claques.

Comment tirer un enseignement quelconque de cette interprétation, qui n'a jamais voulu en transporter aucun ? On apprécie la désinvolture et le scénario halluciné (et hallucinant), et on s'en régale avec une honte délicieuse...

***

Cet article clôture donc cette humble rétrospective des interprétations de Frollo les plus connues ou les plus notables. Qui sait ? Peut-être se verra-t-elle agrémenter dans les prochains mois d'une nouvelle mouture, avec Tim Burton aux commandes ?  Wait & see...

17 commentaires:

Anonyme a dit…

Tu m'a donné envie de revoir le film, rien que pour ré-entendre ces répliques de Frollo...^^

Il n'y a pas à dire, en effet, on apprécie de voir le personnage plus libre et plus provocateur, complètement délirant, quand on prend conscience de l'ordinaire tragique et pathétique qui le caractérisent...<3 On ne peut qu'aimer, surtout avec ce Phoebus (la réplique du cimetière, sera à jamais mon passage préféré) - même si Flo nous contredirait pour une fois ! N'empêche, il fallait oser faire cette version, heureusement qu'elle existe !
Et je te contredis, c'est un magnifique article que tu nous as fait là, surtout qu'il fallait en avoir le courage...

J'espère, comme toi, que les prochains avatars de Frollo se révéleront tout aussi intéressants..."Attendre et espérer !"

Lorinda a dit…

<---- Le précédent commentaire a eu un bug, mais il est bel et bien de moi !

clairebelgato a dit…

0___0 je ne connais pas du tout cette version !

Clelie a dit…

@Lorinda :

Hello ma chère ! Merci pour ton gentil et très pertinent commentaire ! Je dois dire que je n'ai pas pu résister à replacer quelques répliques qui me font mourir de rire... Et je te rejoins complètement sur la scène du cimetière ("remettez bien tout dans les bonnes boîtes"... "oui, les fleurs aussi !" ^_^ il fallait vraiment penser à le rendre aussi bête...) Le personnage du Gouverneur est aussi génial que celui de Frollo ou Phoebus, même s'il n'a pas réellement d'homologue littéraire. Rien que ses répliques sont de véritables perles ! Enfin, j'avoue qu'au premier visionnage il y a longtemps j'étais un peu héberluée, mais comme il est jubilatoire de voir un Frollo aussi décomplexé... !
On a hâte de voir ce que nous réserve l'avenir en matière d'adaptations frollienne !

@clairebelgato : si tu veux passer un moment de rire délirant et irrévérencieux, je te conseille vraiment "Quasimodo d'El Paris" !

A bientôt et au plaisir de vous lire !

Biondetta a dit…

salut! je suis une fan italienne de Clude, et j'ai trouvé très intéressants et agréables tes articles. Moi aussi, j'ai vu tous cettes adaptation - ou plutôt presque tous, le film de 1997 n'a pas pu le finir, trop stupide O_O - aucune des diverses adaptations me satisfait, peut-être seulement le musical de Cocciante et la version du 1976, je me suis toujours demandé pourquoi il est un personnage si difficile de représenter ou peut-être s'est moi que suis tellement en amour avec le personnage littéraire qu'aucune adaptation cinématographique me satisfait? Selon toi, parce que un personnage ainsi fascinant il est ainsi maltraité? Et parce que dans toutes ces adaptations on détourne l'attention sur Quasimodo ou Esmeralda?

Tu sais quelque chose de certain sur une possible adptation de Tim Burton?

Clelie a dit…

Bonjour Biondetta et merci pour ton chaleureux commentaire !

Et heureuse aussi de rencontrer une autre fan de notre cher Frollo !

Comme je l'évoque au fil des articles, et ce n'est finalement qu'un malheureux constat fait au fil des ans et des adaptations, Frollo a toujours été victime d'un certain dénigrement, notamment en raison du fait qu'il ait été volontairement mal représenté ou mal incarné. Pourquoi ? Tout simplement parce que c'est un personnage dont les sentiments sont très complexes. Que c'est un homme torturé par des sentiments écrasants, qui le poussent à commettre le pire, mais qu'il est à l'origine surtout un homme bon, d'une intelligence supérieure, qui chute à un moment donné parce qu'il se met à aimer, alors qu'il ne l'avait jamais conçu ou envisagé.
C'est un personnage fascinant, mais tellemen ambivalent, qu'il est très difficile de l'adapter avec respect. S'expliquent ainsi les désastreuses facilités que l'on a pu voir au fil des adaptations réalisées...

Quant à l'adaptation par Tim Burton, cela fait des mois que je n'ai vu aucune info sur le sujet... Affaire à suivre !!

A bientôt !

Anonyme a dit…

Bonjour!

Je voulais tout simplement te féliciter et surtout te remercier de ces belles analyses critiques du personnage de Frollo dans ses différentes adaptations. Cela m'a beaucoup inspirée et influencée.

Je regardais (avec mon grand cœur d'enfant) l'adaptation de Disney, lorsque je me suis pour la toute première fois interrogée sur la véritable nature du personnage de Frollo, car Hellfire est la chanson la plus intense que je connaisse de Disney. Enfant, nous regardons le Disney avec crainte et, soyons honnêtes, avec peu d'attention comparativement au Roi Lion et à La belle et la bête. Adulte, je l'ai dévoré en voyant tout le côté sombre de l'histoire et le désir manifeste de Frollo.

C'est ainsi que je suis arrivée sur ton blog; en cherchant des extraits du roman d'Hugo, plus précisément du personnage de Frollo. Je suis tombée sur sa déclaration d'amour à Esméralda dans la prison, que tu as, je te remercie, mise sur ton blog. ^^

J'ai dévoré le roman en deux jours en me demandant pourquoi je n'avais jamais lu Victor Hugo, autre que Le dernier jour d'un condamné, et quelques poésies. Je devais le bouder parce que j'aime bien Balzac... :P

Bref, continue ce que tu fais sur ton blog, tu fais découvrir, sans même le vouloir, des trésors de la littérature. ;)

Et je pense que j'ai dorénavant une obsession de Frollo presque aussi puissante que l'obsession qu'il avait d' La Esmeralda.... XD Je rêve d'une adaptation cinématographique contemporaine qui rende justice au personnage. Il a une place si importante, voire principale, dans le roman, qu'il serait temps que Quasimodo et Pheobus lui laissent davantage de place, entre autre en mettant en scène son frère et son savoir. :P

Bonne continuation et merci encore!! ^^

Anonyme a dit…

Bonjour!

Je voulais tout simplement te féliciter et surtout te remercier de ces belles analyses critiques du personnage de Frollo, adapté au plan visuel. Cela m'a beaucoup inspirée et influencée.

Je regardais (avec mon grand cœur d'enfant) l'adaptation de Disney, lorsque je me suis pour la toute première fois interrogée sur la véritable nature du personnage de Frollo, car Hellfire est la chanson la plus intense que je connaisse de Disney. Enfant, nous regardons le Disney avec crainte et, soyons honnêtes, avec peu d'attention comparativement au Roi Lion et à La belle et la bête. Adulte, je l'ai dévoré en voyant tout le côté sombre de l'histoire et le désir manifeste de Frollo.

C'est ainsi que je suis arrivée sur ton blog; en cherchant des extraits du roman d'Hugo, plus précisément du personnage de Frollo. Je suis tombée sur sa déclaration d'amour à Esméralda dans la prison, que tu as, je te remercie, mise sur ton blog. ^^

J'ai dévoré le roman en deux jours en me demandant pourquoi je n'avais jamais lu Victor Hugo, autre que Le dernier jour d'un condamné, et quelques poésies. Je devais le bouder parce que j'aime bien Balzac... :P

Bref, continue ce que tu fais sur ton blog, tu fais découvrir, sans même le vouloir, des trésors de la littérature. ;)

Et je pense que j'ai dorénavant une obsession de Frollo presque aussi puissante que l'obsession qu'il avait d' La Esmeralda.... XD Je rêve d'une adaptation cinématographique contemporaine qui rende justice au personnage. Il a une place si importante, voire principale, dans le roman, qu'il serait temps que Quasimodo et Pheobus lui laissent davantage de place, entre autre en mettant en scène son passé et son frère. :P

Bonne continuation et merci encore!! ^^

Clelie a dit…

Bonjour !

Mon Dieu, je pense bien que ton article m'a fait rougir jusqu'au blanc des yeux ! Ton commentaire est extrêmement chaleureux et gentil, et cela me fait tellement plaisir de savoir, que d'une façon ou d'une autre j'ai contribué à donner le goût et l'envie de ce roman, mais davantage encore de ce personnage de Frollo, si ambigu et controversé !

Je suis tombée dans "la marmite" frollesque il y a 15 ans, et je n'en suis jamais ressortie. C'est un personnage passionnant de noirceur, et d'ambiguités. A la fois lugubre et à la fois capable d'un amour qui vire à l'obsession. Il fait partie des personnages hors normes, rares, en littérature. Tu trouveras, je pense, de quoi te délecter avec les articles de Lorinda, grande frollophile convaincue, sur son blog : http://hauntya.over-blog.com/article-les-personnages-dits-frolliens-1-2-66178513.html

Je te conseille vivement ces articles, éminemment éclairants sur le personnage de Frollo.

Quant à une adaptation moderne, j'en rêve moi aussi bien sûr ! Cela fait deux ans que des rumeurs circulent au sujet d'une adaptation entreprise par Tim Burton... A suivre !

A très bientôt et encore mille mercis pour ton message !

Amicalement,

C.

Dark-Insanity a dit…

Salut !
Bon, contente de savoir que je ne suis pas la seule Frollophile. ♥
Cette passion a commencé il y a longtemps, quand j'ai vu "le Bossu de Notre Dame" de Disney quand je devais avoir 9 ans, et paf, Frollo, dès le début a été mon personnage préféré. Puis gros blanc (bon, j'avoue que j'avais fait des recherches sur lui pour en savoir plus) jusque il y a une semaine où j'ai lu d'une traite le roman. J'aimais déjà Frollo, mais le livre fut encore un coup de marteau dans le clou de la Frollophilie. Et pof, j'ai regardé la version de Dellanoy, et Quasimodo del Paris également (et je ne compte pas m'arrêter là) Et je suis tombée sur ton blog qui est juste super, je vais pouvoir sans me fouler regarder les adaptations les unes après les autres :D
Quasimodo d'el Paris est quand même épique, et puis bien que Frollo soit moderne, je trouve qu'une partie de son caractère est bien respectée ! Quant à Alain Cuny, son interprétation est magique, je trouve, juste à couper le souffle.
Bref tout cela pour dire ça, je sais, mais ton blog gère (même si je n'ai lu que la partie Frollienne XD)

Clelie a dit…

Bonjour, chère Frollophile !

Oh, que d'éloges ! je te remercie énormément pour ton commentaire si chaleureux, mais également pour ton enthousiasme renouvelé sur l'oeuvre, mais surtout sur le personnage de Claude Frollo !
Tu n'es pas la première personne que je croise à être tombée dans la marmite grâce à Disney... C'est plutôt extraordinaire de voir à quel point ce dessin animé, sous des dehors très comme-il-faut, est en réalité très sombre. Quand on entend les paroles de "Infernale" et l'esthétisme noir de la scène, on est tout de suite fixé... :)

Mais le Frollo du roman, c'est encore tout autre chose, il est unique, vraiment unique. On y perçoit mieux l'homme aux allures rigides, qui contient pourtant bien mal sa nature passionnée, si peu faite pour être enveloppée d'un sacerdoce.

Je vois que tu as déjà été à l'essentiel, à savoir la version de Dellanoy, qui malgré des imperfections forcément liées à l'époque à laquelle elle a été tournée, n'en est pas moins superbe. Alain Cuny étant lui-même un personnage hors-normes, il avait parfaitement su saisir l'essence de Frollo... Nous sommes tout à fait d'accord !
Quant à Quasimodo d'El Paris, c'est un film plutôt épique, comme tu le soulignes, et tellement jubilatoire !

A très bientôt, et au plaisir de te lire, chère Frollophile. ;)

Dark-Insanity a dit…

Salut ! :D
Déjà, je ne m'attendais pas à une réponse si rapide alors merci ! ^^
Et je suis d'accord, le Disney est selon mon point de vue le plus sombre et devenu depuis peu mon préféré, nettement.. Infernale est superbe, je la connais par coeur (et puis Jean Piat ♥ j'ai l'impression de voir Gandalf chanter en fermant les yeux XD) mais je trouve cela juste dommage que Disney n'ait présenté Frollo que comme un obsédé pervers, mais bon en même temps il s'agit d'un truc pour enfant, pas le bouquin. XD Mais je dois dire que c'est du lourd, présenter des thèmes aussi sombres dans un truc pour enfant o_o (même si à 18 ans je me lasse toujours pas *-*)

Oui, Frollo est un personnage unique, et moi qui ai tendance à dire que Severus Rogue est mon personnage de roman favori, je commence à préférer Frollo... D'ailleurs je trouve que ces deux personnages ont un point commun : le fait d'aimer sans retour. Bon, y'en a un qui ne perd pas la raison tout de même ! XD Mais Frollo est extrêmement intéressant à analyser, je trouve.

Oui en fait en cherchant sur Internet, plein de gens disaient que cette adaptation était excellente, alors j'ai commencé par elle et je n'ai pas été déçue ! Sur ce, je vais aller regarder la comédie musicale entre deux heures de cours :D

Bonne journée à toi, et à bientôt ! :D

Clelie a dit…

Hello !

Il n'y a vraiment pas de quoi ;) C'est un rare plaisir de répondre aux commentaires sur le sujet "frollien" !
C'est vrai, les concepteurs du dessin animé ont certainement eu pas mal de fil à retordre vis-à-vis du personnage, pour le présenter dans un spectacle destiné principalement aux plus jeunes, sans pour autant totalement le galvauder. Ils ont réussi vraiment un tour de force.

Ah, la comédie musicale, c'est quelque chose... Pour ma part, c'est grâce à elle et Daniel Lavoie que Frollo m'est comme qui dirait, tombé dessus... ^_^
Je te souhaite d'ores et déjà un excellent visionnage ! Surtout n'hésite pas à venir partager tes avis sur les différentes adaptations, c'est toujours un plaisir d'en discuter !

A bientôt et belle journée à toi aussi _

Dark-Insanity a dit…

Et re-bonjour !

Bon, j'ai fini la comédie musicale, et c'est juste... époustouflant. Ce qui m'a vraiment le plus, comment dire, impressionnée c'est lorsque l'on voit de près le visage de Daniel Lavoie est vu de près, ses expressions de visage sont tellement représentatives de Frollo et de ce qu'il ressent, je trouve ... Et puis "Tu vas me détruire" seigneur *-*
Bref, un super bon moment !

J'vais arrêter de te harceler (mais en même temps je connais personne dans mon entourage de Frollophile T_T) mais je viendrais te dire mes points de vue lorsque je verrais les autres adaptations (sans doute dans peu de temps :D)

A bientôt donc, chère Frollophile~

Clelie a dit…

Je suis vraiment, vraiment, vraiment ravie que tu aies apprécié autant la comédie musicale... Elle est magnifique, et l'interprétation de Daniel Lavoie est tout simplement extraordinaire... !

Ne crains surtout pas de me harceler... ^_^ J'adore parler de Frollo et de NDDP en général, il ne faut surtout pas hésiter à passer par ici (ou vers les articles dévolus aux autres adaptations), et à laisser tes impressions/commentaires, c'est toujours passionnant et enrichissant à discuter !

A bientôt donc, j'espère ;)

Clelie

Dark-Insanity a dit…

Bonjour :)

Alors avec beaucoup de recherches j'ai enfin pu trouver des liens pour regarder les différentes versions donc je les regarderais au cours de la semaine et je laisserais mon impression sur les articles adaptés :)
Donc à bientôt sans doute, et merci de tes articles qui m'ont permis de trouver facilement les adaptations :D (même si il en existe d'autres d'après Wikipédia :D)
A bientôt !

Clelie a dit…

Surtout, n'hésite pas, ce sera un plaisir de lire tes avis et commentaires sur le sujet !

C'est certain, il existe un certain nombre d'autres adaptations, difficilement trouvables pour la plupart (notamment les plus anciennes)... Disons que je me suis contentée de lister et d'évoquer celles qui sont les plus accessibles !

A bientôt, donc !